La Vallée des Fantômes

with Pas de commentaire
Mars 2018

Sentier La Vallée des Fantômes au parc national des Monts-Valin
Région touristique du Saguenay–Lac-Saint-Jean (Québec, Canada)

Texte et photos par Suzanne Mahler

La Vallée des Fantômes : Difficulté

* À noter que ces informations sont fournies par ma montre GPS et peuvent ne pas être à jour ou exactes. Référez-vous au site web officiel pour les informations à jour.

Cela faisait longtemps que j’avais envie de faire cette randonnée au nom fantastique : la Vallée des fantômes. On m’en avait parlé avec beaucoup d’enthousiasme, me décrivant les fameux sapins recouverts par des montagnes de neige, leur donnant ainsi une forme de fantômes. L’obligation de réserver longtemps à l’avance, et le prix pour s’y rendre (le coût de la navette est assez élevé) m’a sans cesse dissuadé et m’ont fait remettre à plus tard le projet. Ce n’est donc qu’au début du mois de mars que je me enfin suis décidée à aller découvrir cette randonnée si prisée.

Le départ

Pour se rendre à la Vallée des Fantômes, le rendez-vous est donné au Centre d’interprétation et de services du parc des Monts-Valin. De là, le Fantôme express, petite van montée sur des chenilles à neige, vient nous chercher pour nous emmener jusqu’au sentier dans le secteur de la baie d’Alexis. Après 30 bonnes minutes de route, la navette nous dépose au début. C’est ici que commence l’ascension vers le Pic Dubuc, raquettes aux pieds. La navette reviendra nous chercher après 5 heures, ce qui donne une plage horaire assez large pour faire la randonnée à un rythme tranquille.

Le sentier

Avec un dénivelé de 300 mètres sur 3 km, il ne faut pas s’attendre à autre chose qu’une montée en continu tout au long du chemin. La pente n’est toutefois pas si raide, et le sentier étant tapé, ça se fait assez facilement.

En plein hiver, l’enneigement de la vallée est impressionnant, et donne des allures de Grand Nord à la forêt. Pas de chance pour moi, en ce début de mois de mars, la température a été très douce depuis deux bonnes semaines et la neige sur les sapins n’est plus très visible… Je ne vous cache pas ma déception au départ du sentier! Après deux kilomètres de montée, un petit chalet chauffé au bois nous permet de prendre une pause et de manger une collation avant de parcourir le dernier kilomètre qui nous reste jusqu’au sommet.

Le Pic Dubuc

Au fil de la montée, les sapins deviennent de plus en plus blancs. Toutefois, sans jamais complètement prendre la forme de fantômes. Et puis, finalement, l’arrivée au sommet du Pic Dubuc m’émerveille : les sapins givrés nous y attendent avec une vue panoramique sur les environs. Si les fantômes ont déjà déserté les monts Valin, la Contrée des momies est, quant à elle, bien peuplée. En bref, les arbres sont figés dans leur manteau gelé.

Ensuite, direction le Pavillon Antoine Dubuc, de retour au bas du sentier, à 500 mètres de là où la navette nous a initialement déposés. Le charmant petit chalet nous permet donc d’attendre son retour, bien au chaud.

Finalement, il est bon de savoir qu’il est possible de passer la nuit en haut du sentier, dans un refuge. Donc, si le cœur vous en dit, il est aussi possible de faire une randonnée plus longue (sur plusieurs jours) en poursuivant sur le sentier des Pics, qui se rend jusqu’au Centre d’interprétation.

Image représantant notre collaboratrice Suzanne pour son article sur Lone Cone

À propos de Suzanne

Grande amatrice d’activités de plein air, Suzanne a toujours eu soif d’aventures et de voyages. Facebook • Instagram • Site web • Youtube

error: Content is protected !!