Le Parc des Appalaches : De pont en pont

with Pas de commentaire

Texte et photos : Daniel Racine et Joëlle Gendron


31/07/2017
Région touristique Chaudière-Appalaches, Qc, Canada.

  • Secteurs : Saint-Fabien-de-Panet et Sainte-Lucie-de-Beauregard
  • Durée de l’expédition : 3 jours/3 nuits
  • 44 km aller-retour (parcours en boucle)
  • Élévation max : 650 m
  • Sentiers : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 8, 10, 11, 14 et 28
  • Principaux attraits : chutes et cascades, parois rocheuses et caps, barrage de castors et le mythique mont Sugar Loaf
  • Camp de base : refuge de la Cascade Noire
  • Difficulté : Intermédiaire à difficile

Le refuge de la Cascade noire est notre camp de base pour l’expédition : le matériel n’a pas à être transporté en randonnée et demeure au refuge. Note : La location d’un refuge dans le Parc des Appalaches est exclusive, c’est-à-dire que le refuge est réservé à son locataire et n’est pas partagé avec d’autres randonneurs.

L’avant-expédition

Tout d’abord, après une nuit de sommeil au Camping du Randonneur, nous empruntons le chemin des Limites en voiture sur 12 km. On dépose notre matériel au refuge de la Cascade Noire qui deviendra notre camp de base. Il est situé en bordure de la rivière Noire Nord-Ouest. Il est au cœur du parcours de 3 jours que nous avons planifié. Ensuite, une fois le matériel en sécurité dans le refuge, nous nous rendons au point de départ de la première journée. Finalement, on y laisse la voiture pendant les 3 jours d’expédition (stationnement du refuge du Lynx).

Première journée — 12,5 km

La randonnée commence par une ascension de 1,5 km dans une érablière et à travers des affleurements rocheux. Le sentier des Parois (sentier n°8) nous offre un premier point d’intérêt. En effet, on y côtoie d’immenses épinettes protégées par des rochers tranchés au couteau.

Un kilomètre plus loin, après une autre petite ascension dans une magnifique érablière, c’est le lac Talon qui s’offre à nous. En arrière-plan, on aperçoit le mont Sugar Loaf qui sera le point culminant de notre aventure. Le parcours sur la montagne du lac Talon (sentier n°2) se fait sous les grands conifères. Par la suite, nous empruntons le sentier du ruisseau des Cèdres (sentier n°3). Celui-ci nous amène sans grand effort vers une magnifique chute à trois paliers : la chute du ruisseau des Cèdres.

Deux passerelles arquées nous permettent d’observer la chute sous tous ses angles. Nous suivons le ruisseau qui est encavé sur une distance de 1 km jusqu’à la prochaine intersection où nous empruntons le sentier menant au petit lac des Vases (sentier n°4).

Petit lac des Vases

Long de 4 km, le sentier n°4 est le seul sentier que nous emprunterons à l’aller comme au retour lors de notre expédition. Tout juste avant d’arriver au petit lac des Vases, une allée de sarracénies pourpre, plante carnivore domiciliant dans les tourbières, borde les côtés du sentier.

Arrivés au petit lac des Vases, nous empruntons ensuite le sentier n°5 sur un esker jusqu’à la chute de la Devost. Un esker est une curiosité géologique en forme de « cordon surélevé de sable » laissée par les glaciers. Sous un autre pont en arche, coule une cascade se jetant avec fracas dans un bassin qui incite à la baignade, c’est la chute Devost. Notre première journée de randonnée est presque terminée ; le refuge de la Cascade Noire est à moins de 1 km.

Deuxième journée — 19 km

La deuxième journée se fait en boucle, et nous irons à la conquête du mythique mont Sugar Loaf. De notre camp de base, nous empruntons le sentier du Pont Brûlé (sentier n°10). C’est un pont suspendu au-dessus des eaux calmes et des dunes de sable. De l’autre côté, un autre esker nous amène au pied du mont Sugar Loaf que nous affrontons par le sentier technique. Note : ce sentier n’est pas recommandé aux personnes ayant le vertige.

Le sommet

Au sommet, notre récompense de la journée et de l’expédition : la vue à 360 degrés sur le Parc des Appalaches. Par temps clair, on peut même observer les montagnes de Charlevoix et, aussi, les plus hautes montagnes du Maine, à près d’une centaine de kilomètres au sud ! Pas surprenant qu’autrefois le mont Sugar Loaf était un point d’observation privilégié pour le garde-feu. La descente du mont Sugar Loaf, par le sentier du garde-feu (sentier n°11), nous amène jusqu’à la Langue de Chatte, une plage naturelle bordant la rivière Noire Nord-Ouest. Un pont suspendu nous permet de traverser du côté de la plage. Il constitue alors le point le plus à l’est de notre expédition soit le 48e kilomètre du réseau du Parc des Appalaches.

Après une pause à la plage de la Langue de Chatte, nous empruntons le sentier des Castors (sentier n°14). Nous croisons alors la chute à Dupuis. Un peu plus loin, le pont suspendu du Méandre nous amène à nouveau sur des eskers interrompus par la traversée d’un marais créé par une famille de castors. Les derniers kilomètres du parcours se terminent sous le son de la chute Bernier. Deux kilomètres plus loin du pont Brûlé, et on arrive au refuge. Nous empruntons un ancien chemin forestier abandonné pour retourner au refuge.

Troisième journée — 12,5 km

En troisième lieu, la dernière journée est moins exigeante que les deux premières. D’abord, on remonte la rivière Noire Nord-Ouest par le sentier du Portage (sentier n°6). Deux passerelles arquées nous permettent de profiter de ce parcours qui nous mène à des blocs erratiques déposés là, en pleine forêt, par les glaciers, il y a des milliers d’années. À 4 km des blocs erratiques, on retrouve l’eau fraîche et limpide du ruisseau des Cèdres jusqu’au lac Talon.

Finalement, dernier effort de l’expédition, le sentier Le Parcours des Caps (sentier n°28). Il est juste assez haut pour nous offrir de saisissants points de vue sur le lac Talon et la forêt des Appalaches. On mérite amplement les points de vue, et les cordes sont très utiles dans ce sentier escarpé ! Pour les derniers kilomètres de l’expédition, nous côtoyons de grands pins bien ancrés sur le roc.

Voilà 44 kilomètres d’expédition !

Pour plus d’information, consultez le site du Parc régional des Appalaches.

error: Content is protected !!