Famille et plein air, oui c’est possible – Partie 3

with Pas de commentaire
Une famille de nomades sur les routes de l’Ouest canadien et américain

Texte et photos : Manon St-Pierre


Il y a exactement un an de ça, des collaboratrices du site Ti-mousse-dans-la-brousse nous partageaient leurs expériences et conseils pour la conciliation enfants et plein air. Cette fois-ci, c’est au tour de Manon de nous présenter sa grande aventure de 6 mois en famille, dans l’ouest du Canada et des États-Unis.

Portrait : Luc Gagnon et Manon St-Pierre (tous deux sont enseignants), ainsi que Matis (9 ans) et Mahina (7 ans).

Depuis 20 ans, Luc et moi avons énormément voyagé un peu partout en pratiquant nos sports préférés. Nous nous sommes rencontrés à l’Université. Notre première aventure fut la traversée de l’Atlantique sur un voilier de 40 pieds. Par la suite, nous avons visité l’Ouest canadien et américain avec notre van modifiée en campeur.


Souvenirs et voyages

Le temps que les enfants grandissent, nous avons continué à voyager, en pratiquant nos sports préférés, tout en adaptant notre mode de vie. Luc a toujours été un passionné de sports (ski, surf, mountain bike, kiteboard, etc.). De mon côté, je pratiquais ces mêmes sports tout en faisant de la compétition de trail running et de ski mounteneering. Malheureusement, il y a un an, j’ai reçu un diagnostic d’arthrite chronique. Cette nouvelle a complètement changé mes habitudes de vie, et par le fait même, celles de la famille. Nous avons donc décidé qu’il était temps de réaliser notre rêve de vivre la vie de nomade avec les enfants. Et voilà, nous y sommes! Six mois sur la route!

Itinéraire du voyage

La première étape du voyage fut la traversée du Canada. Nous l’avons fait en quatre jours et tout s’est bien passé. Ce fut nos premiers contacts avec le camping hivernal qui allait être notre réalité pour le prochain mois. Nous avions une grosse inquiétude en lien avec le froid et les enfants, mais ils ne se sont jamais plaints. Ils nous mentionnaient seulement qu’ils avaient trop chaud dans leur sac de couchage. Le premier objectif du voyage était de se rendre dans les Rocheuses canadiennes pour skier toutes les montagnes de la «Collective Pass». C’est une passe, qui permet de visiter plusieurs sommets au Canada et aux États-Unis. On avait hâte d’arriver à Revelstoke, car des amis nous y attendaient. Ils avaient passé la saison là et ils ont su nous guider autant dans le backcountry que dans les sous-bois avec les enfants.

Après Revelstoke, nous avons entamé notre descente vers le sud. Nous avons skié, Jackson Hole (Wyoming) et Alta (Utah). Nous avions planifié de faire d’autres montagnes au Colorado, mais une mauvaise saison de neige et l’appel de la chaleur ont modifié nos plans. Après Alta, nous nous sommes donc dirigés vers Moab pour commencer le mountain bike. Nous prévoyons ensuite aller au Colorado et en Arizona. Finalement, nous remonterons par la Californie et l’Oregon pour terminer en Colombie-Britannique pour l’été. Nous aimerions aussi faire du kiteboard à Hood River et à Squamish. Par contre, il est important pour nous de ne pas se fermer à un itinéraire défini. Nous nous laissons vivre chaque moment et nous décidons au fur et à mesure de ce qui nous convient.

Préparation

Lors de la préparation de notre voyage, nous avons tracé le trajet avec les enfants et déterminé les endroits où nous voulions passer. Le dernier mois avant le départ fut assez intense. Il fallait s’assurer que tout roule pendant notre absence à la maison et au travail. Il y a également eu les préparatifs du campeur (isolation et rangement d’équipement), tout ce qui a trait à l’aspect financier, et sans oublier la planification scolaire pour nos deux enfants. Bref, rien n’était de tout repos avant de partir!

Quotidien avec les enfants

Au début, les enfants étaient contents, mais ils ont exprimé qu’ils étaient tout de même tristes de laisser leurs amis pour une si longue période. Maintenant que nous sommes partis, ils s’adaptent très bien. Vivre dans un si petit espace leur demande beaucoup de compromis. Par contre, ils comprennent que les côtés positifs de cette aventure sont beaucoup plus importants que les mini sacrifices. C’est splendide de voir leur émerveillement lorsque nous arrivons à de nouveaux endroits. Le fait de vivre avec moins, leur a vite fait oublier la consommation.

Leur intérêt au niveau des technologies (iPad, iPhone, écrans, etc.) a significativement été transformé. On les utilise seulement comme outils (cartes, GPS, communication, etc.). Nous avons une télévision dans le campeur, mais les enfants ne nous la réclament pas. Leur quotidien se résume à quelques heures d’école, de sport et de jeux extérieurs. En leur faisant les cours dans un contexte libre d’horaires, nous pouvons apprécier et prendre le temps de constater leurs apprentissages.

En tant qu’adultes, nous profitons de chaque moment de cette vie où nos besoins sont revenus à l’essentiel et où l’on peut éviter le stress du quotidien. Nous réalisons que notre consommation se résume à la satisfaction de nos besoins de base. 

Conseils

Si nous avions un conseil à donner pour vivre ce genre de projet familial, ce serait de planifier à l’avance et de mettre en place un échéancier pour que le tout devienne réalité. Ça ne semble jamais être le bon moment. Il n’est pas évident de quitter la sécurité du quotidien. Les rêves sont faits pour être réalisés!

“Don’t call it a dream, call it a plan!”


Suivez leurs aventures sur Instagram @a_family_on_the_road

Répondre

error: Content is protected !!